Depuis 2012, on le sait, "l'hiver altiplanique" qui ne s'était pas manifesté pendant quelques années, a repris ses habitudes. Tous les étés donc, San Pedro de Atacama est arrosé pendant quelques jours.

Cette année ne déroge pas à la règle : après une session de pluies et d'orages en janvier, qui avait laissé la Cordillère des Andes enneigé, depuis une semaine, les pluies sont de retour à San Pedro d'Atacama pour une deuxième session 2017.

Photos : Eldesiertoflorido
Photos : Eldesiertoflorido
Photos : Eldesiertoflorido
Photos : Eldesiertoflorido

Photos : Eldesiertoflorido

Si cette session de février est particulièrement longue, les conséquences elles, sont moindres que lors des années précédentes. En effet, s'il pleut tous les soirs depuis une semaine, les quantités d'eau tombant sur le village et ses environs sont minimes, et nous avons été épargnés par les trombes d'eau que nous avons connues par le passé.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à relire nos articles consacrés aux pluies de 2012 et 2013.

Depuis quelques jours cependant, il semblerait que les informations circulant sur les réseaux sociaux et certains médias soient alarmistes : route d'accès coupée, village entièrement évacué, coupure généralisée d'eau et d'électricité et bien sur, aucun site touristique accessible. Les voyageurs ayant prévu de visiter le désert d'Atacama sont à juste titre inquiets.

La situation n'est bien évidemment pas si catastrophique et quelques nuances seraient les bienvenues : voici un point sur la situation dans le village.

- La route permettant d'accéder au village depuis Calama est tout à fait praticable, même si en fin d'après-midi il est conseillé de circuler avec prudence s'il pleut.

- Le village n'a pas été évacué et la majorité des habitants comme les voyageurs vaquent à leurs occupations. Toutefois, il est vrai que les habitants de deux quartiers ont eux été affectés par la subite crue de la rivière San Pedro : il s'agit des ayllus de Quitor et de Catarpe dont une partie des constructions a été faite dans le lit de la rivière. La décrue étant en cours, la situation dans ces secteurs devrait être redevenue à la normale aujourd'hui ou demain.

- A part dans les deux ayllus mentionnés ci-dessus, l'eau et l'électricité fonctionnent normalement, c'est à dire qu'il peut éventuellement y avoir des coupures de quelques heures si un orage important éclate, pas plus, pas moins.

- Enfin, même s'il est vrai que certains sites touristiques ont été fermés ces derniers jours, les ouvriers sont au travail et font leur possible pour régler les problèmes survenus ici et là. De fait, les agences de tourisme ont du adapter le programme de leurs excursions, reporter certaines d'entre elles, ou proposer d'autres visites pour que les voyageurs aient tout de même la possibilité de découvrir la région. Là encore la situation devrait revenir à la normale dans les prochains jours.

Pluies à San Pedro de Atacama : session 2017

Il faudra s'y faire, l'hiver altiplanique est de retour pour de bon et les anciens du village s'accordent sur la normalité de la situation : c'était bel et bien la sécheresse qui a sévit au début des années 2000 qui était une anomalie.

Et là c'est un autre débat qui s'engage : le village s'est énormément étendu ces dernières années, et les habitants les plus touchés par les pluies sont justement ceux qui vivent dans les nouvelles constructions... Les autorités locales devront tôt ou tard mettre leur grain de sel pour que le développement du village se fasse en accord avec les conditions climatiques de la zone.

Quant aux voyageurs, nous ne pouvons que réitérer le conseil que nous leur donnions dans notre article dédié aux idées reçues sur le désert d'Atacama : "Si vous pouvez choisir les dates de votre séjour, évitez les mois d'été (de décembre à mars). Privilégiez les mi-saisons, en avril - mai et en septembre - octobre, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour éviter les températures extrêmes et les éventuels aléas climatiques."

 

ERRATUM : la situation à Santiago est quant à elle plus grave puisque 4 personnes ont trouvé la mort dans des glissements de terrain provoqués par les pluies de ce week-end, 28 personnes sont toujours portées disparues et des millions d'habitants de la Capitale étaient privés d'eau ces derniers jours. Selon la presse locale, 97% des personnes affectées ont à ce jour de nouveau accès à l'eau.

Tag(s) : #Actualités, #Hydrologie - climat

Partager cet article