Ruines de la aldea de Tulor (Photo : Eldesiertoflorido)

Ruines de la aldea de Tulor (Photo : Eldesiertoflorido)

 

Fiche technique :

Nom : Aldea de Tulor (esp), Aldea de Tulor / Hameau de Tulor (fr), Tulor aldea / Tulor settlement / Tulor hamlet (eng).

Autre(s) dénomination(s) locale(s) : ?

Origine du nom : Le terme espagnol aldea se traduit en français par petit village ou hameau. Concernant le nom Tulor, il serait d'origine kunza et viendrait du mot "túlur" (ou "t'últur") signifiant "dormir", rappelant l'idée de village, où lieu où l'on dort.
 

Statut : Géré par la communauté locale atacamène de Coyo. Depuis 1998, la communauté est associée pour la préservation du site avec la CONAF (Corporación Nacional Forestal, dans le cadre de la Reserva Nacional Los Flamencos, "préservation d'intérêt archéologique"), CMN (Consejo de Monumentos Nacionales) et la CONADI (Corporación Nacional de Desarollo Indígena).
En 1998, le site fût inscrit sur la liste des 100 monuments historiques les plus en danger dans le monde, liste publiée par le World Monument Fund (Fond mondial des monuments). Il apparaît toujours sur cette liste aujourd'hui.

Distance depuis San Pedro d'Atacama : 7,5 km.

Secteur : Sud-est de San Pedro d'Atacama, secteur ayllu de Coyo et ayllu de Tulor.

Altitude : +/- 2.400 m.

Faune spécifique : Les différents oiseaux (gorrion/moineau, chincol), lézards, petits rongeurs et insectes que l'on peut trouver dans les oasis comme San Pedro d'Atacama.

Flore spécifique : Arbres et arbustes, algarrobo (prosopis chilensis, caroubier), chañar (Geoffroea decorticans), Cachiyuyo (atriplex), rica-rica (acantholippia deserticola), bréa (Pluchea absindioides). 

Géologie/minéralogie : Bassin sédimentaire du Salar d'Atacama (au nord du désert de sel). Présence abondante d'argile et sable. Oasis et dune d'accumulation secteur ayllu Tulor.

 

Localisation du site (Cliquez pour agrandir)

Localisation du site (Cliquez pour agrandir)

Plan du site visible dans le petit musée (Photo : Eldesiertoflorido).

Plan du site visible dans le petit musée (Photo : Eldesiertoflorido).

 

Description :

Si votre idée du voyage ne se limite pas seulement à admirer de beaux paysages et vous pousse à vous intéresser à la culture et à l'histoire locale, le site de Tulor mérite de faire partie de votre programme. Ici, vous aurez l'opportunité de découvrir les vestiges d'un "hameau" à l'occupation humaine datée de 800 ans avant JC à 500 ans après JC.

Découvert scientifiquement par le prêtre belge Gustave Le Paige en 1958, la aldea de Tulor fait partie des sites archéologiques emblématiques de la période historique atacamène que l'on nomme le "formativo" (formatif : équivalent au "néolitique" européen), période durant laquelle le mode de vie des hommes d'Atacama va connaître de profonds changements (sédentarisation, organisation du travail et construction de lieux d'habitation permanents). Pendant cette période charnière (1.500 av. JC - 1.000 ap. JC), les progrès et avancées technologiques vont permettre à ces hommes d'atteindre une forme "d'apogée culturelle" : domestication d'animaux, agriculture, techniques d'irrigation, métallurgie, tissage, poterie, système d'interconnexion et d'échange avec d'autres zones andines et pacifiques, architecture, ...).

Vue dans ce contexte, le site de Tulor est passionant. Dans la partie du site visible aujourd'hui (une grande partie ayant été volontairement laissée ensevelie sous le sable, meilleur moyen de la préserver), on se rend bien compte de l'architecture originale typique des Andes centrales à cette période : habitations circulaires concentrées les unes à côté des autres, présence d'autres édifices rectangulaires de stockage de nourriture ou d'ateliers de fabrication, épais mur périmétral, ... Le tout s'étendait sur une vaste surface offrant une impression architectonique en "ruche", où chaque alvéole est un foyer. Pour Ana María Barón, une archéologue ayant travaillé sur le site, Tulor aurait abrité jusqu'à 200 personnes dans 22 habitations circulaires.

A l'époque, ces constructions aux murs en "adobe" (torchis : mélange de terre, d'eau et de paille) étaient recouvertes de toits de paille et/ou de bréa soutenus par une charpente en bois de chañar ou d'algarrobo, relié avec du cuir ou des boyaux sechés de camélidé. Les toits n'ont bien évidemment pas survécu au temps, mais cependant tous les éléments nécessaires à leur fabrication sont aujourd'hui visibles dans leur état naturel tout autour du site : arbres chañar et algarrobo, bréa, argile, paille, ... Et si vous manquez un peu d'imagination, les deux reproductions de bâtiments présentées juste à côté des ruines vous aideront certainement à vous faire une idée de l'aspect original du hameau il y a 2.800 ans.

 

ATTENTION : Il n'est pas recommandé d'effectuer la visite du site en individuel car il y a très peu d'information disponible sur place. Si vous ne comprenez ni l'espagnol ni l'anglais, passez votre chemin ou faites appel à une agence de tourisme car vous n'aurez pas la possibilité de lire les informations du dépliant donné à l'entrée (espagnol - anglais), et encore moins celle de demander sur place une visite guidée du site (normalement incluse dans le prix d'entrée, mais uniquement en espagnol). De plus, ces deux sources d'information potentielles ne sont pas sûres à 100% : le dépliant étant parfois en rupture de stock et le gardien seul donc ne pouvant pas s'absenter pour vous faire la visite...

 

 

Les plus et les moins :

LES PLUSLES MOINS

> Bon compromis fait entre organisation touristique et préservation naturelle d'une grande partie du site laissée ensevelie.

> Les aménagements effectués pour la visite touristique : complexe d'entrée avec toilettes et terrasse suffisamment éloigné des ruines pour ne pas "s'imposer" et dénaturer le site archéologique, reproductions de bâtiments pour stimuler l'imagination (même si certaines hypothèses de construction sont étranges : foyer à l'intérieur de bâtiments sans aération !) et passerelle en bois pour ne pas marcher directement sur le sol.

> La possibilité de voir in situ dans leur contexte naturel les différents matériaux organiques utilisés pour la construction du hameau.

> La vue dégagée sur la cordillère des Andes depuis le site.

> Le prix raisonnable.

> Le petit musée...

> Peu d'information disponible sur place, et encore moins en français !

> En tant que tel, le site n'est pas foncièrement impressionant. Seul la mise en lumière par l'information archéologique permet d'en apprécier l'importance historico-architecturale.

> La visite en été : pleine exposition au soleil et forte chaleur !

 

 

 

 

 

 

> ... mais qui, au lieu de se concentrer sur la période historique de la aldea de Tulor, tente sommairement de traiter toute l'histoire pré-hispanique atacamène. Très confus...!

 

Panneau d'entrée (Photo : Eldesiertoflorido)

Panneau d'entrée (Photo : Eldesiertoflorido)

Ruines de la aldea de Tulor (Photo : Eldesiertoflorido)

Ruines de la aldea de Tulor (Photo : Eldesiertoflorido)

Cachiyuyo (à gauche) et bréa (à droite), sur le bord du chemin d'accès au site (Photo : Eldesiertoflorido).

Cachiyuyo (à gauche) et bréa (à droite), sur le bord du chemin d'accès au site (Photo : Eldesiertoflorido).

Reproductions de bâtiments de la aldea (Photo : Eldesiertoflorido).

Reproductions de bâtiments de la aldea (Photo : Eldesiertoflorido).

 

Infos pratiques :

> Durée excursion : La visite du site de Tulor vous sera proposée dans le cadre du tour archéologique, comptez une 1/2 journée en matinée ou après-midi.

> Tarif parc : $3.000 pesos par pers.

> Tarif excursion (collective) : Compter entre $15.000 et $25.000 pesos par pers, hors tarif(s) parc(s). Cette excursion est le plus souvent proposé en privé car peu demandée, et donc plus chère !

> Autres sites inclus dans le tour archéologique : Visite du site archéologique Pukara de Quitor. Certaines agences proposent, du fait de la fermeture actuelle du Musée archéologique dont la visite était normalement inclus dans le tour, une visite à pied du centre historique de San Pedro d'Atacama, ou la visite du site archéologique inca Tambo de Catarpe.

 

> Service(s) inclu(s) : Aucun service particulier.

 

 

 

Photos :

Photos : Eldesiertoflorido.
Photos : Eldesiertoflorido.
Photos : Eldesiertoflorido.
Photos : Eldesiertoflorido.
Photos : Eldesiertoflorido.
Photos : Eldesiertoflorido.

Photos : Eldesiertoflorido.

 

Nos notes :
L'intérêt de la visite variant considérablement avec ou sans information archéologique, nous avons décidé de mettre deux notes distinctes.
 

SANS GUIDE

SANS GUIDE

AVEC GUIDE

AVEC GUIDE

 

A LIRE ÉGALEMENT SUR ELDESIERTOFLORIDO :

Tag(s) : #Sites touristiques San Pedro, #Histoire

Partager cet article