Avant-propos

Est-on réellement dans le salar d'Atacama lorsque l'on visite le parc national de Chaxa ? Quelle est la différence entre le bassin du salar et le salar lui-même ? La Cordillère de sel fait-elle partie du salar d'Atacama ? Quelle superficie pour le salar ? Son noyau ? Et son bassin ?

C'est pour essayer de répondre à toutes ces questions que nous nous sommes lancés dans un "article-exposé" sur ce qu'est le bassin du salar d'Atacama, les différentes unités géologiques qui le composent et dans quel secteur se situe-t-on lorsque l'on visite tel ou tel site touristique ? Mais avant de décripter tout cela en images, quelques explications générales et chiffres...

Carte de la région II Antofagasta

Carte de la région II Antofagasta

Précisions géographiques générales

San Pedro d'Atacama et son salar sont situés dans la région II du Chili, région Antofagasta. Ils appartiennent (plus ou moins indirectement) au grand ensemble géo-climatique que l'on appelle le désert d'Atacama. Trop souvent, les touristes ont tendance à confondre l'oasis de San Pedro d'Atacama et ses environs, avec le désert lui-même. Ce dernier s'étend sur plus de 100.000 km2 et 4 régions administratives chiliennes, du nord au sud : région XV Arica - Parinacota, région I Tarapacá, région II Antofagasta et région III Atacama.

Loin de nous l'idée de briser les attentes de milliers de touristes annuels et le marketting de centaines de tours opérateurs dans le monde, mais il nous faut tout de même préciser que la visite de San Pedro d'Atacama et ses environs proches est loin de représenter une réelle expérience du désert le plus aride au monde ! C'est tout juste si vous effleurerez la réalité du désert d'Atacama lorsque vous rallierez l'aéroport de Calama au secteur de San Pedro : pas d'eau, de la roche à perte de vue, une flore et une faune quasi-inexistantes. Mais est-ce vraiment cette réalité que les touristes souhaitent visiter ?

Même si l'on peut considérer que San Pedro se situe plus ou moins dans la zone du désert d'Atacama, sa particularité géographique en fait un lieu aux conditions climatiques foncièrement différentes. La zone de San Pedro est ce que l'on appelle un "bassin endoréique", zone alimentée en eaux (en surface ou en sous-terrain) mais dont la géo-morphologie empêche ces eaux d'accéder à un océan ou une mer. De l'eau, il y a en a... Certes pas énormément mais on est loin de l'aridité légendaire du désert d'Atacama. De plus, l'oasis et son salar sont perchés à plus de 2.400 mètres d'altitude, dans un secteur géographique que l'on appelle la "dépression andine".

 

Schéma en coupe de la région II Antofagasta (Source : www.icarito.cl)

Schéma en coupe de la région II Antofagasta (Source : www.icarito.cl)

Pour poursuivre notre explication et pousser un peu plus loin, nous sommes donc ici dans un contexte aussi bien désertique... que montagnard. C'est justement là toute la richesse du lieu, et c'est la raison pour laquelle les touristes du monde entier se rendent chaque année dans l'oasis de San Pedro. Désert de sable, désert de sel, oasis, lacs, marais d'altitude et rivières, volcans et hauts plateaux, la destination offre une très grande diversité de paysages et de climats. Réduire San Pedro au seul désert d'Atacama est donc non seulement une erreur, mais aussi une présentation bien éloignée que ce qu'est réellement le bassin du salar d'Atacama.

 

Bassin du salar d'Atacama (Source modifiée depuis www.scielo.cl)

Bassin du salar d'Atacama (Source modifiée depuis www.scielo.cl)

 

Découpage géographique du bassin du salar d'Atacama

 

1. Le noyau du salar
Intéressons-nous tout d'abord à ce que l'on nomme le "noyau" du salar d'Atacama. Ceci constituera le point de départ de notre cheminement géographique, du plus petit au plus vaste. Sans entrer dans des considérations chimiques trop compliquées, ce que l'on qualifie de "noyau" du salar est le secteur de ce dernier qui comporte la plus forte concentration de sel, autrement dit de chlorure de sodium (minéral formé des éléments chimiques sodium + chlore, et de formule NaCl). Evidemment, le noyau du salar n'est pas exclusivement composé de ces éléments et, sans être totalement exhaustif, on peut également y trouver les éléments chimiques suivants : potassium (k), lithium (Li), magnésium (Mg), bore (B), souffre (S), calcium (Ca), ...
Ce noyau du salar a une superficie de 1.100 km2 et est occupé principalement par les industries d'exploitation du lithium : SQM Litio et Rockwood Litio. Visuellement, le noyau présente une grande étendue blanchâtre plus ou moins plane suivant la quantité d'eau ayant alimenté la zone aux cours des derniers mois.

Noyau du salar (Cliquez pour agrandir...)

Noyau du salar (Cliquez pour agrandir...)

Salar d'Atacama, secteur "noyau" (Photo : Eldesiertoflorido)

Salar d'Atacama, secteur "noyau" (Photo : Eldesiertoflorido)

Salar d'Atacama, secteur "noyau" (Photo : Eldesiertoflorido)

Salar d'Atacama, secteur "noyau" (Photo : Eldesiertoflorido)

2. Le salar
Le salar d'Atacama au complet est composé du noyau, que nous avons présenter précédemment, et d'une zone "marginale". Contrairement au noyau, cette zone marginale possède une concentration en chlorure de sodium (sel) moins importante. L'autre matériel en abondance dans cette zone est l'argile. Cette composition différente donne lieu à des paysages également différents : développement de petite végétation halophyte, teintes brune-blanchâtres, formation de blocs anarchiques de sel altéré, plus grande présence d'eau (deltas, canals, pampas, lagunes).
Le salar d'Atacama a une superficie de 3.000 km2, ce qui en fait le 6ème salar le plus important au monde. Ses dimensions maximales sont de l'ordre de 100 km de long pour 50 km de large. C'est un milieu désertique hostile mais où, dans sa partie marginale, on trouve une faune assez diversifiée : différents types d'oiseaux (dont les fameux flamants), lézards, insectes, petits rongeurs, ...

Salar d'Atacama (Cliquez pour agrandir...)

Salar d'Atacama (Cliquez pour agrandir...)

Paysage typique de la zone marginale du salar : sel altéré, eau, pampa saline et plantes halophytes (Lagune Piedra) - Photo : Eldesiertolforido..

Paysage typique de la zone marginale du salar : sel altéré, eau, pampa saline et plantes halophytes (Lagune Piedra) - Photo : Eldesiertolforido..

 

3. La Cordillère de sel
A l'intérieur du bassin du salar d'Atacama, on trouve une formation plutôt originale : la Cordillère de sel. Composée des différents éléments chimiques du salar, c'est une petite chaîne de montagne dont le début de l'élévation a eu lieu il y a plus ou moins 23 millions d'années. Son élévation maximale et de 500 mètres par rapport au niveau du bassin. Elle s'étend sur environ 90 km de long, orientation nord-est/sud-ouest, et possède une largeur moyenne de 10 km. Touristiquement parlant, la Cordillère de sel est connue pour abriter deux secteurs d'intéret en particulier : la Vallée de la Lune et la Vallée de la Mort.

Déserts et montagnes formés de ce même minéral ne sont pas si rares sur notre planète. On en trouve en Espagne (montagne de sel de Cardona dans la région de Barcelone), en Autriche (montagne de sel de Hall), aux Etats-unis (Parc Vallée de la Mort), en Iran (glacier de sel de Bushehr), en Indes (Rann de Kutch), en Namibie (Pan d'Etosha), en Tunisie (Chott el-Jérid), en Turquie (Lac Tuz), ... Et bien sûr en Amérique du sud où la Cordillère des Andes abrite le plus grand nombre de formations salines de montagne au monde. Cependant, notre Cordillère de sel d'Atacama reste à notre connaissance la seule cordillère du globe formée principalement de ce minéral.

Cordillère de sel (Cliquez pour agrandir...)

Cordillère de sel (Cliquez pour agrandir...)

Cordillère de sel - secteur parc Vallée de la Lune (Photo : Ori et Paul)

Cordillère de sel - secteur parc Vallée de la Lune (Photo : Ori et Paul)

Bloc de sel - secteur parc Vallée de la Lune (Photo : Eldesiertoflorido)

Bloc de sel - secteur parc Vallée de la Lune (Photo : Eldesiertoflorido)

 

4. Le bassin du salar
Nous voici finalement arrivé à notre grand ensemble, l'élément qui englobe tous les autres : le bassin du salar. Ce dernier se compose donc du salar d'Atacama à proprement parlé (noyau + zone marginale), de la Cordillère de sel, ainsi que de divers oasis abritant pour certains des villages, tels que San Pedro d'Atacama, Toconao ou encore Peine.
Ce bassin, ou dépression andine, tient son origine dans la formation de deux grandes cordillères : Domeyko et les Andes, ces dernières sculptant les frontières géographiques de notre bassin. A l'ouest, la Cordillère de Domeyko forme une barrière haute de 1.900 mètres (4.278 mètres au niveau du niveau de la mer pour le mont Kimal) et à l'ouest la Cordillère occidentale andine atteint des sommets, volcans culminant à plus de 6.000 mètres d'altitude !
Suivant les sources et les limites que l'on attribue au bassin, celui-ci dispose d'une superficie entre 12.000 et 15.000 km2

Bassin du salar d'Atacama (Cliquez pour agrandir...)

Bassin du salar d'Atacama (Cliquez pour agrandir...)

Bassin du salar, partie nord vue depuis le sommet du Toco (Photo : Eldesiertoflorido)

Bassin du salar, partie nord vue depuis le sommet du Toco (Photo : Eldesiertoflorido)

Bassin du salar, partie sud vue depuis le village de Socaire (Photo : Eldesiertoflorido)

Bassin du salar, partie sud vue depuis le village de Socaire (Photo : Eldesiertoflorido)

Oasis de San Pedro d'Atacama, vu depuis le pukara de Quitor (Photo : Eldesiertoflorido)

Oasis de San Pedro d'Atacama, vu depuis le pukara de Quitor (Photo : Eldesiertoflorido)

 

Pour en revenir à nos questions d'avant-propos...

Lorsque vous avez l'occasion de découvrir les extraordinaires paysages de la Vallée de la Lune ou de la Mort, lorsque vous vous baignez dans les eaux salées de la lagune Piedra ou que vous vous promenez sur les bords de la lagune Tebenquiche, lorsque vous observez les flamants dans le parc CONAF de Chaxa, ou encore lorsque vous déambulez dans les ruelles du village de San Pedro, le point commun à tout cela est que vous vous trouvez à l'intérieur du bassin du salar d'Atacama, mais pas forcément à l'intérieur de celui-ci. Pour être plus précis, voici une carte indiquant les principaux lieux touristiques du bassin du salar et leur localisation par rapport au découpage géographique.

Infographie : Eldesiertoflorido

Infographie : Eldesiertoflorido

 

Enfin et pour conclure, voici un petit résumé en "images qui bougent" du découpage géographique du bassin du salar d'Atacama :

Infographie et animation : Eldesiertoflorido.

Infographie et animation : Eldesiertoflorido.

Plus d'informations sur l'exploitation du lithium dans la salar d'Atacama dans notre article intitulé :
"L'or blanc : le lithium chilien"

 

(Re)découvrez notre article de présentation du salar d'Atacama par ici :
"Le salar d'Atacama (présentation)"

 

Et pour tout comprendre à la formation des cordillères et dépressions de la région de San Pedro d'Atacama, suivez notre série Orogenèse :
"[Orogenèse] Introduction"

 

Tag(s) : #Géologie-géographie, #Sites touristiques San Pedro

Partager cet article